Retour au blog
Codes réponses serveur HTTP et SEO

Codes HTTP : quels choix faire pour son SEO ?

Qui n’a jamais eu affaire aux fameux codes de statut HTTP plus communément (et plus facilement) appelés codes http ? Personne ! Grosso modo, les codes HTTP sont des petits messages [indispensables] envoyés du serveur vers le navigateur [ou le crawler d’un moteur de recherche] pour informer d’une situation lors de l’envoi d’une page vers un serveur. Des choix s’imposent alors pour tenter de résoudre le problème rencontré face à ces codes pas toujours très commodes. KI-Noz va vous expliquer tout ceci en détail.

Un code http, kesako ?

Le nom semble un peu barbare mais en fait c’est relativement simple en vrai. Il s’agit d’un message ou code de réponse qu’un serveur émet pour informer du déroulement des opérations lorsqu’il reçoit la demande de consultation de pages web. Le message est envoyé à chaque fois que le navigateur interagi avec un serveur. Les codes de statut HTTP sont indispensables à connaître pour diagnostiquer et corriger les erreurs de configuration des sites web. A chaque situation, le serveur doit envoyer le code http adéquat dans l’entête http. Nous vous avons concocter un petit schéma explicatif pour que vous compreniez mieux.

Quelque chose ne va pas ? Pas de panique, un message d’erreur sera affiché dans le navigateur afin d’identifier le type d’erreur (ex : erreur 404).

Maintenant que vous avez une idée plus précise du fonctionnement d’un code http, allons découvrir cette grande et belle famille.

Les différentes familles de codes http

Il existe plusieurs familles de codes http en fonction du résultat de la requête détecté par le serveur et envoyé au navigateur. Ils sont divisés en 5 grandes familles qui correspondent chacune à des regroupement de réponses dont le problème ou l’erreur est quasi similaire.

  • Codes 100 : Codes d’information

Rôle : indiquer que la demande envoyée par le navigateur est en cours.

  • Codes 200 : Codes de réussite. Ce sont les meilleurs !

Rôle : informer le navigateur que la requête envoyée a bien été reçue, comprise et traitée par le serveur. Aucun problème a signalé !

  • Codes 300 : Codes de redirection

Rôle : prévenir le navigateur que l’adresse web ou URL a été redirigée autre part.

  • Codes 400 : Codes d’erreur des clients

Rôle : indiquer qu’il y a eu un problème avec la requête. Le problème vient du site client.

  • Codes 500 : Codes d’erreur du serveur

Rôle : indiquer que le serveur a connu un obstacle ou un imprévu et qu’il ne peut pas traité la demande. Le problème vient donc du serveur.

Comme vous l’avez compris, les codes http n’arrivent pas par hasard, ils existent pour prévenir des problèmes rencontrés avec une requête ou un  serveur, notamment les codes d’erreur 400 et 500 (que nous n’aimons guère …). Un code http présente forcément des conséquences plus ou moins importantes sur les actions / décisions des internautes, sur les moteurs de recherche et donc sur votre SEO.

Il ne faut pas les ignorer ! Pour tenter d’y remédier, il est important de faire les bons choix entre différents codes qui, d’apparence, peuvent répondent à des problèmes [quasi] similaires. Nous avons répertorié trois couples de codes qui peuvent vous faire hésiter lors de la phase de choix.

  • 301 vs 302
  • 404 vs 410
  • 502 vs 503

Code 301 ou 302 ? Que choisir ?

Les codes http de type 300 sont liés à des redirection d’URL. Il en existe 7 mais nous allons nous concentrer sur deux d’entre eux : 301 et 302.

Redirection 301 : C’est le code de redirection le plus courant. On retrouve ce code 301 lorsque la page d’un site web a été remplacée de façon permanente par une autre page. Par conséquent, le navigateur redirige l’URL de l’ancienne page vers la bonne et nouvelle page. Le code n’est pas visible pour l’internaute. Il est simplement dirigé vers la nouvelle page de destination. Elle a pour but également d’informer les moteurs de recherche que leur index doit être mis à jour.

Redirection 302 : Ce code http est utilisé pour signaler un changement d’URL temporaire, ce qui signifie que l’ancienne URL reste valable mais non consultable jusqu’à ce que la redirection soit levée par le webmaster. Comme pour le code http 301, l’internaute ne verra pas le code et sera automatiquement redirigé vers la bonne page de destination. Cette redirection ne sera pas prise en compte dans l’actualisation de l’index des moteurs de recherche.

Pour quels objectifs, choisir le code 301 ou le code 302 ?

J’utilise, essentiellement, des redirections 301 quand je veux  :

  • changer le nom de domaine de mon site
  • garder le jus SEO de mes liens internes et mes backlinks
  • préserver les positions de mes pages dans les moteurs de recherche
  • conserver la visibilité et le trafic de mes nouvelles pages

J’utilise, essentiellement, des redirections 302 quand je veux  :

  • créer une page temporaire (ou même un site) liés à une activité prévue sur le court terme (ex : page événementielle)
  • augmenter le trafic sur ces nouvelles pages stratégiques
  • préserver la visibilité et le trafic de la page originale

Code 404 ou 410 ? Que choisir ?

Les codes http de type 400 sont liés à des erreurs de requêtes côté client. Il en existe des multitudes mais nous allons nous concentrer sur deux d’entre eux : 404 et 410.

Erreur 404 : C’est le message d’erreur le plus courant de tous. Ce code signifie que la page demandée est introuvable. Le serveur ne sait pas si elle a déjà existé. Dans la majeure partie des cas, cette erreur est due soit à une absence ou mauvaise redirection vers la bonne page ou la non validité ou fonctionnement des liens. L’internaute est automatiquement redirigé vers une page 404 où celui-ci sera invité à retourner sur la page d’accueil ou une autre page remplaçant la page obsolète. Conséquence : la page sera supprimée de l’index des moteurs de recherche dans un délai d’environ 24 heures.

Petit conseil : personnalisez vos pages 404 en y intégrant un graphisme et un contenu sympa ; cela peut permettre de faire passer la pilule plus facilement auprès de l’internaute et les moteurs.

Erreur 410 : Ce code d’erreur indique au navigateur ou au crawler que la page n’est plus disponible, qu’elle n’existe plus; ce qui signifie qu’elle a été volontairement supprimée du site. Bien souvent, cette page n’a aucune URL de correspondance et il n’est donc pas nécessaire de la conserver. Il suffit de déclarer la suppression définitive de la page et elle sera immédiatement supprimée de l’index des moteurs de recherche.

Pour quels objectifs, choisir le code 404 ou le code 410 ?

Je corrige des pages 404 quand je dois ou veux  :

  • rediriger la page « cassée » vers l’URL de la page remplaçante ou vers n’importe quelle URL choisie par le webmaster
  • améliorer l’expérience internaute afin d’éviter toute frustration et changement de comportement préjudiciable pour le site
  • récupérer les backlinks pour transférer le jus SEO et augmenter ainsi la popularité du site

Pour les erreurs de type 410, il suffit de déclarer aux moteurs de recherche que la page a volontairement été supprimée et que l’on ne souhaite plus qu’elle apparaisse dans les résultats de recherche ; ce qui implique une désindexation instantanée de la part des moteurs.

Codes 502 et 503 ? Quelles différences ?

Les codes http de type 500 sont liés à des erreurs provenant du serveur qui héberge le site. Il en existe 9 mais nous allons nous concentrer sur deux d’entre eux : 502 et 503.

Erreur 502 : Plus connue sous le nom Bad Gateway, ce code indique au navigateur que le serveur n’est pas en capacité de transférer la demande ou requête au serveur principal. Les requêtes passent par une passerelle avant d’être transmises au serveur principal (internet). Si la requête en question ne parvient pas à passer la passerelle (Gateway), elle ne poursuivra pas son chemin jusqu’au serveur final, ne pourra pas être traitée et donc les ressources pertinentes ne pourront pas être envoyées au navigateur. Par conséquent, le webmaster ne pourra pas régler le problème car ce n’est pas de son fait. Il faudra juste s’armer d’un peu de patience avant que le problème soit résolu par l’hébergeur du site.

Les erreurs 502 peuvent avoir un impact négatif sur le référencement naturel de votre site si elles ne sont pas corrigées rapidement. En effet, si les robots d’exploration passent sur votre site et qu’ils s’aperçoivent qu’il est inaccessible depuis déjà un moment, ils peuvent dégrader le classement de votre site.

Erreur 503 : Contrairement à l’erreur 502, ce code http survient lorsque le serveur est temporairement indisponible pour trois raisons principales :

  • le serveur est en maintenance : mise à jour, sauvegardes,  … et n’est donc pas connecté à internet
  • le serveur est en surcharge, il reçoit trop de requêtes d’un seul coup dû à la hausse imprévisible du trafic d’un site par exemple.
  • le serveur connait une panne comme dernièrement suite à l’incendie des serveurs OVH à Strasbourg.

En bref, ce qu’il faut retenir ici c’est :

  • dans le cas d’un erreur 502, le serveur principal est opérationnel ; c’est la liaison entre les serveurs qui rencontre un problème.
  • Dans le cas d’une erreur 503, la liaison se fait entre les différents serveurs mais le serveur principal n’est pas opérationnel car indisponible et certainement éteint de façon volontaire ou pas pour effectuer les opérations ou réparations en cours.

Vous savez maintenant ce que sont les codes http et à quoi ils servent. Il ne vous reste plus qu’à mettre en pratique. Vous avez des projets en référencement naturel ? Vous souhaitez aller plus loin dans votre stratégie SEO? Nous sommes à votre disposition pour en discuter, vous conseiller et vous accompagner dans ces problématiques dont nous sommes experts.