Retour au blog
Stratégie SEO à l'international

Comment réussir sa stratégie SEO international ?

Lorsque vous détenez une entreprise avec un site internet et un marché déjà très bien développé en France, il est normal de s’intéresser au marché  étranger. Cependant, il existe différentes stratégies SEO internationales pouvant être adoptées, il est donc important d’étudier les différentes possibilités.

Nous allons voir dans cet article les paramètres à prendre en compte pour mettre en place une stratégie de référencement internationale optimiser.

Qu’est-ce que le SEO international ?

Le référencement international fonctionne comme le référencement naturel classique, mais à l’étranger avec des règles différentes. Il consiste à optimiser la présence d’un site sur les moteurs de recherche pour un pays étranger ciblé.

Dans cette thématique, il faut aussi prendre en compte deux notions importantes : « multirégional » et « multilingue ».

Un site multilingue est un site disponible en plusieurs langues avec un filtre pour passer par exemple du français à l’anglais. Quant à lui, le site multirégional aura un ciblage géographique avec un contenu qui s’adapte en fonction de l’emplacement géographique de l’utilisateur, sans forcément changer au niveau de la langue.

Il faudra prendre en compte ces 2 aspects afin d’avoir une stratégie SEO efficace à l’international. Par exemple, un site avec une version française et une version belge, avec des contenus en néerlandais, en allemand et en français pour la version belge.

Les 3 principaux points à prendre en compte pour sa stratégie à l’international :

  • L’élaboration d’une stratégie de contenu «Content Marketing » adaptée au pays cible et à sa langue
  • Optimisation SEO technique afin que Google puisse comprendre les différentes versions du site
  • L’acquisition de backlinks depuis des sites étrangers pour obtenir une notoriété suffisante et améliorer ses potions

Nous allons les voir en détail dans les points suivants.

I) L’analyse sémantique pour votre stratégie SEO à l’international

Avant toute chose, il est obligatoire d’effectuer un audit sémantique pour chaque langue ciblée.

Une traduction simple de vos mots-clés n’est pas suffisante car vous pouvez passer à côté d’expressions réellement recherchées et donc vous priver d’opportunités de trafic. Il vous faudra donc réaliser une nouvelle étude de mots-clés dans la langue visée et de les attribuer a chacune de vos pages.

Une fois cette étude effectuée, n’oubliez pas d’analyser les principaux concurrents les mieux positionnés pour comprendre le marché. Cela vous permettra de comprendre comment le consommateur recherche le produit ou le service et obtenir de nouveaux mots-clés. Il est important de comprendre les habitudes des consommateurs du pays cible, mais pouvoir adapter votre stratégie le mieux possible.

Vient ensuite la traduction de vos textes et il existe différentes possibilités :

  • La traduction automatique des contenus : permets de traduire une grande quantité de texte rapidement et gratuitement, cependant cela ne garantit pas une qualité de vos contenus.
  • La traduction par un professionnel : Cette possibilité aura un certain coût, mais vous garantira une traduction fiable pour des textes de qualités  pour vos cibles.
  • La réécrire de vos contenus : les intentions et les façons de rechercher varies selon les pays. C’est pourquoi un texte très bien optimisé en français ne l’est pas forcément en anglais par exemple. Une fois les intentions de recherches identifiées, il vous est possible de réécrire vos contenus avec les termes adaptés.

II) Le choix de l’URL pour votre référencement international

Il existe trois possibilités :

Le ccTLD dédié

Le ccTLD (country code top level domain) correspond aux deux lettres qui remplacent le générique .com à la fin du nom de domaine.

Les avantages :

  • Même sans balise hreflang, Google peut identifier la langue ciblée par le site internet
  • Un ciblage très clair et compréhensible pour les robots et les internautes
  • Une séparation précise

Les inconvénients :

  • Chaque nouveau domaine repart de 0 en termes de SEO ce qui signifie aucune popularité et ancienneté
  • plus couteux en maintenance, certificat SSL, serveurs et dev

Le sous-domaine

Les avantages :

  • Moins cher qu’un ccTLD et plus simple à mettre en place
  • Ciblage géographique possible à l’aide de la Search Console en précisant le pays cible (possible de déclarer si vos versions linguistiques sont gérées par répertoire)

Les inconvénients :

  • Ne permets pas de profiter de la popularité du domaine principal
  • Les résultats seront plus longs à obtenir sur la SERP avec un sous-domaine

Le sous-répertoire

Les avantages :

  • Permets de profiter clairement de la popularité existante du domaine principal sans repartir de 0
  • Gestion simple
  • Facile à mettre en place

Les inconvénients :

  • Avec un sous-répertoire, vous n’aurez qu’une seule localisation géographique du serveur
  • Il sera plus compliqué de réaliser un ciblage du pays avec l’URL

Le balisage hreflang

Cette balise permet d’indiquer à Google dans le code HTML la langue utilisée et le pays ciblé par votre contenu.

Il existe plusieurs possibilités pour l’implémenter :

  • La placer dans le <HEAD> de toutes les pages de toutes les versions du site, mais déconseillées pour les sites ayant de très nombreuses variantes (cela va solliciter davantage la base de données et ralentir les performances du site)
  • Dans le sitemap  XML : bonne alternative pour les performances du site, mais il est plus compliqué avec cette méthode de l’intégrer.
  • Dans l’en-tête HTTP : Cette méthode vous permet d’être sûr que Google aura pris en compte toutes les variables pour une même page. En effet, l’en-tête HTTP est vérifié à chaque crawl d’une page.

Elle se présente comme ceci : <link rel=”alternate” hreflang=”fr-fr” href=”https://www.monsite.fr” />

L’en-tête meta language

Se situe en début de code source et qui précise aux robots la langue utilisée sur une page.

<META NAME=”Language” CONTENT=”fr”>

Contrairement à la balise hreflang qui est essentielle, celle-ci n’est pas obligatoire, mais est toujours intéressante notamment pour la gestion multilingue.  

III) Netlinking SEO à l’international

De manière générale, dans une stratégie SEO classique, le netlinking est un élément primordial pour réussir à se positionner efficacement. C’est l’un des principaux critères de positionnement pour le référencement naturel.

 Même principe pour une stratégie SEO international, il vous faudra multiplier les liens externes provenant du pays cible afin de développer votre notoriété et rivaliser avec la concurrence.

Si vous souhaitez élaborer une stratégie SEO à l’international, n’hésitez pas à contacter l’agence Ki-Noz.